mardi 1 janvier 2019

72H de Matthieu Biasotto


Le pitch:

Pourquoi n’est-il pas rentré ? Valentin est sur répondeur. Ce n’est pas un retard, il s’est volatilisé. Il a douze ans. Début du cauchemar.Un enfant émotif et introverti, une mère au supplice. Un professeur ambivalent, un directeur qui ment. 
Dans le prestigieux collège Sainte-Sophie, les secrets sont à double tranchant, les mensonges jouent contre le temps.Nathalie, maman solo saignée à blanc, va sombrer dans l’angoisse glaçante d’une disparition. Une effroyable descente aux enfers où chaque seconde sans nouvelles est un calvaire. 
Entre nuits blanches et peur du pire, la détresse et l’urgence sont une torture. Un décompte.Nathalie remue ciel et terre, elle ignore seulement qu’un sablier s’écoule dans une pièce sombre. Quelqu’un détient la vérité, une ombre se délecte des heures qui filent. Et pour sauver son enfant, cette mère va devoir rencontrer son destin.Où est Valentin ?


Ce qu'en pense D.:

Sorti en octobre dernier, j'ai tardé à ouvrir le dernier Biasotto. En tant que maman lire un livre sur une disparition d'enfant, ce n'est pas forcement agréable.
Mais voilà plus le temps passait et plus les chroniques se multipliaient et plus je me disais que je ne pouvais pas passer à côté. Vous le savez entre 2 romances j'aime bien un peu de frisson et de suspense alors voilà j'ai tourné la première page et égrené les heures....
Et là tourbillon Biasotto en action, les premières 48h se déroulent tranquille, par petite touche l'auteur nous délivre des demi vérités et puis tout s'accélère et on ouvre portes après porte, toujours avec ce maudit sablier qui s'écoule.
Vous l'aurez compris c'est une tuerie, je suis arrivée au 3/4 du livre des étoiles dans les yeux à me dire c'est trop génial, il est vraiment trop fort Matthieu!!! 
L'auteur, en ce moment, nous fait même un épilogue clôturant l'histoire de Nathalie et Valentin. Je ne vous dirais rien de plus car rien de pire que d'être spoilé, il faut se laisser porter par le suspense et mener soi même l'enquête. 
Ce que je peux vous dire c'est qu'en tant que parent de futurs collégiens, ça ne me rassure pas sur les jeux qu'ils peuvent inventer ni sur leur sensibilité exacerbée d'adolescent. 
Petit clin d'oeil, ça fait bizarre de retrouver le parking d'un ancien client cité dans un livre !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire