Articles à venir...

Prochainement sur le blog:
Mon âme soeur (ou presque)
La disparition de Stéphanie Mailer
Someone Real










lundi 19 février 2018

Dans les yeux d'une ado: SPECIAL TOUT EN AUTEURS: BARRACUDA FOR EVER de Pascal Ruter



le pitch
 
C'est sur un rythme endiablé au son des "Barracudas" de Claude François que Napoléon, 85 ans, décide de commencer une nouvelle vie. Avec l'aide de son petit-fils Léonard, dit "mon Coco", ils enchaînent les quatre cents coups. Gare à tous ceux qui voudraient déporter Napoléon en maison de retraite, car c'est lui qui mène la danse, surtout lorsqu'il s'agit de faire tourner en bourrique son entourage ! Cependant, l'ancien boxeur va bientôt découvrir ses véritables adversaires, implacables et sournois.
Un roman mordant pour rire aux éclats et être ému jusqu'aux larmes !
 
 
Ce qu'en pense C.: J'ai eu beaucoup de mal à finir ce livre qui pourtant a énormément de qualités ! Je n'ai pas vraiment "accroché". Pour vous résumer,  je voyais le livre qui reposait sur ma table de chevet et, au lieu de me jeter dessus (comme je le fais souvent avec les livres), je le laissais là, et je le regardai sans m'en approcher.
Pourtant, j'ai beaucoup aimé les personnages, surtout Napoléon ! Un homme de 85 ans doté d'une personnalité haute en couleurs mais qui derrière sa carapace de boxeur, cache un homme qui redoute la fin, qui ne veut pas partir, qui se raccroche à la vie, à la jeunesse.
Lui et son petit-fils, Léonard, font les 400 coups et je dois avouer que c'est hilarant. J'ai adoré la complicité entre le grand-père et son petit-fils. On voit qu'ils ont un lien très fort et c'est beau.
Parfois, on a de la peine pour le fils de Napoléon, qui est surnommé "Couille molle" par son père et qui supporte la tornade de bêtise que fait son sacré papa... 
Et puis, il y a la grand-mère (qu'il ne faut pas oublier), qui envoi des lettres à Léonard, souvent très drôles sur ses aventures dans sa nouvelle maison.
Enfin, une lecture, certes un peu longue, mais je ne suis pas déçue !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire