Articles à venir...

Prochainement sur le blog:
Scotland street
N'y pense même pas !
Beautiful love.












samedi 24 juin 2017

11 Juin de Matthieu Biasotto


Le pitch:

Il est des jours que rien ne peut effacer, pas même le temps. Des jours sombres, si noirs qu’ils reviennent nous torturer, laissant planer leur ombre sur nos existences fragiles. Le 11 juin, elle a tout perdu, au point de s’égarer. Puisque la vie n'attend pas et que le passé semble insurmontable, elle s’est fait une promesse. 

Déchirée entre la peur d’oublier et le besoin viscéral de libérer son âme, ce qu’elle va faire de cette journée lui appartient. Et ce qu’elle s’apprête à vivre risque de la marquer pour toujours, parce que parfois, les choses ne se passent pas comme prévu. 

C’était un 11 juin et cette promesse, vous ne l’oublierez jamais.

Ce qu'en pense D.:

Voilà nous sommes le 13 juin et je viens de lire les derniers mots les yeux légèrement embués... 
Bref nouveau Biasotto, nouvel univers, cette fois on retombe dans la vraie vie, celle qui nous parle et qui fait mal. Car il est effectivement de ces jours noirs qui nous hante à tout jamais. 
Une date , une vie, un destin avec beaucoup de sincérité l'auteur nous fait vivre la douleur de Maud et son besoin d'ancrer ce 11 juin où tout bascula, ce 11 juin où tout va basculer de nouveau. Maud reprendra t elle le pouvoir ce jour maudit?
A vous d'aller cueillir ce magnifique coquelicot, il est beau, plein de vie et de couleur mais aussi fragile et éphémère. Le sujet est difficile mais on ne peut l'ignorer et la manière dont le fond de l'histoire se dévoile est magistralement orchestré.
Un livre et un TOP 10 de mes lectures 2017 sans aucun doute. 

Ce qu'en pense L. :

A la différence de D. je ne lis pas tous les Biasotto. Je suis une grande admiratrice de son style, de sa plume mais, tout simplement, certains sujets abordés me semblent trop durs à surmonter. C'est pour cela que j'ai fait l'impasse sur "Ewa" et "Après moi le déluge".
"11 juin" m'intriguait pourtant : pourquoi mettre une date en titre d'un roman ? le pitch est assez flou, tout comme le début du livre qui pose le décors sans trop nous en dévoiler. Et quand vous commencez un Biasotto, il est très difficile de le lâcher. Qu'a't-il bien pu arriver à Maud pour qu'elle soit autant accablée de chagrin ? que signifie ce 11 juin pour elle et plus troublant encore pour quelle raison cette date a l'air d'avoir une signification particulière pour "Florian" l’auto-stoppeur ? 
Souvent j'ai du poser le livre pour souffler, car l'histoire me prenait aux tripes et j'avais l'impression de trop ressentir les émotions de Maud...assez paradoxal quand je vous dis que j'ai évité ses deux derniers romans pour les mêmes raisons. Paradoxe encore si je vous dis que je ne regrette en rien cette lecture bien au contraire
 Un petit air de "Fidèle au poste" d'Amélie Antoine dans le style et la "pâte" bien reconnue maintenant de Matthieu Biasotto tout en restant dans des thèmes différents à chaque histoire. Mais où vas t'il chercher tout ça ? Je suis admirative des auteurs qui prennent des risques. Il est trop facile de rester dans un même registre avec un "montage" trop téléphoné tout ça pour des raisons purement commerciale. Comme quoi rester indépendant parfois ça a du bon ! ...pour l'auteur et pour le lecteur. On se chargera d' en faire la pub autour de nous. 
Un roman qui marquera mon année à coup sur !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire