Articles à venir...

Prochainement sur le blog:
Enfin toi, malgré moi
Bastard
The fire










vendredi 10 février 2017

LA DECHIRANCE de Helene Dartig (Coup de Coeur de L.)


Le Pitch :

1957 en Lorraine. Pour Juliette et Jacques le destin paraît scellé : leur mère biologique signe l'abandon de ses enfants auprès de l'Assistance Publique. De nourrices en familles d'accueil, l'école de la vie est rude, sans concession, rythmant ainsi l'évolution d'une enfance sans âme, parsemée d'anecdotes sordides. Devenus adultes, Juliette et Jacques n'ont de cesse de trouver des réponses : qui sont leurs parents ? Quels secrets entourent leur naissance puis leur abandon ? Leur permettra-t-on de s'intégrer dans leur vraie famille ? Retrouveront ils Monsieur, Madame Linke et leur petit Tommy ainsi que le commandant de marine Fournier qui entreprirent des démarches d'adoption avant de renoncer ? Des retrouvailles enfin !...au terme de recherches désespérées, pour la réhabilitation d'une identité avortée, le déni de deux naissances, mais des "pourquoi" demeurent malgré une singulière pugnacité. Et puis le départ de "l'héroïne" : la mère tendresse, la mère protectrice, la mère consolatrice ? : rien de tel sinon que la femme rejettera ses enfants jusqu'à son dernier souffle. Une démonstration d'amour aussi, bien au-delà de la mort. Une leçon de ténacité, d'espoir, illuminée par l'humanité et la compassion. Un plébiscite contre la culture du secret de l'identité et pour l'accès aux origines. A l'heure où les médias parlent avec une certaine complaisance de la gestation pour autrui sous diverses formes, avec comme point d'appui la satisfaction des adultes, Hélène Dartig rappelle la souffrance durable, pesante, lourde d'angoisse qu'est la vie sans en connaître ses origines.



Ce qu'en pense L. :

Chaque début d'année pour un lecteur, il existe toujours un petit coup d'adrénaline qui lui donne envie de déjà connaître le moment où il trouvera son premier coup de cœur livresque. 
Afin de ne pas déjouer à notre réputation de fille organisée, notre blog a déjà prévu son programme de lecture sur le trimestre à venir au gré des sorties prévues concernant nos auteurs préférés, ainsi que nos recherches assidues d'auteurs indépendants sur la toile.
Quelle fut donc ma surprise de me rendre compte que mon premier coup de cœur viendrait de ce Récit là, lecture proposée par une amie me demandant de donner notre avis sur le roman écrit par une.personne de son entourage. Un hasard donc....bel hasard tout de même. Mais quelle claque !
Qui plus est, on est à mille lieux du type de lecture qu'on propose sur le blog mais franchement si je vous en parle , c'est que je suis convaincu qu'il pourrait plaire à beaucoup d'entre vous.
Cette histoire est un récit, l'histoire vrai de l'auteur cherchant a expier ses douleurs, sa vie, dans des mots, des anecdotes mises bout à bout créant toute une vie. La vie de Juliette née sous X dans les années 50 et voulant rétablir la vérité sur ses origines, voulant créer un lien familial à une époque où les non dits, l'hypocrisie et le paraître fait lois. "Mais que dirait les voisins si ils savaient ?". Juliette est un tabou familial à elle toute  seule et elle se heurtera sans limite a la bêtise et la méchanceté du genre humain.
Pourtant elle gardera toujours espoir, quand d'autres auraient déjà baissé les bras. Quelle personnalité, quel courage, accompagnée d'un style d'écriture que j'affectionne, j'ai été transportée par son histoire au point de ressentir certaines émotions étranges communes à la narratrice.
Ce roman est en vente aux Editions de l'Onde (disponible en broché sur Amazon entre autres).

1 commentaire:

  1. ce livre passionnant démontre combien la France des années 60 était figée et soumise à une religion qui déshumanisait les gens : être fille mère à l' époque était une honte pour toute la famille ! mai 68 a bien changé les choses ,heureusement. Pensez aussi aux enfants de franco-allemands "fils de Boche" qui ont eu à souffrir toute leur vie d' être nés et à qui les mères ont reproché d' avoir gâché leur vie !! Hélene il y a des milliers de gens comme vous , je sais ça ne console pas , mais on est solidaire !!

    RépondreSupprimer