Articles à venir...

Prochainement sur le blog:
Scotland street
N'y pense même pas !
Beautiful love.












mercredi 25 janvier 2017

Best seller Janvier : LA DELICATESSE DU HOMARD de Laure Manel


Le pitch:

Le passé est une prison dont on ne s'évade pas

Elle est partie aussi loin qu'elle a pu, pour rejoindre le début du bout du monde... et venir s'échouer au pied d'un rocher face à la mer d'Iroise.
Elle dit s'appeler Elsa.
Elle ne veut pas qu'on lui pose de questions.
Qui est-elle ? Que cache-t-elle ?
Et lui, que cache sa rudesse ? Lui qui l'accueille sans même savoir pourquoi...


Ce qu'en pense D:

Un titre amusant, une couverture sympa et de bonnes notes sur Amazon, il ne m'en faut pas plus pour me lancer à l'aveugle dans ce roman. Et quelle surprise, je ne m'attendait pas à une telle intensité, une telle gravité.
Un très beau roman, des sujets difficiles, des secrets de famille pesant y sont abordés sur fond de magnifiques paysages Bretons. L'équithérapie, on en attend parler et Elsa aura la chance de tomber sur François l'amoureux des chevaux. François le grand bourru célibataire mais pas moine. Entre eux c'est avant tout l'histoire de 2 êtres qui s'apprivoisent, puis s'apprécient jusqu'au jour où il faut s'avouer qu'il y a autre chose.
Un beau roman que je n'ai pas apprécié à sa juste valeur ayant un peu le moral dans les chaussettes au moment où je l'ai lu. Donc oui n'attendait pas de légèreté ni vraiment d'humour. J'ai beaucoup apprécié le récit partagé, la gravité d'Elsa et les observations de François, ça évite de tomber dans le mélo. On y découvre le milieu équestre ainsi que la lande bretonne qui ne peut que donner envie. Elsa est une passionnée de photographie et cela me touche aussi.
Laure Manel une auteure à découvrir et surtout à suivre!

Ce qu'en pense L. :

Je ne sais pas par où commencer...il est difficile de commenter un tel roman. Ma relation avec ce livre s'est développée comme l'histoire entre Elsa et François : lentement, surement et en toute délicatesse. Je n'ai pas l'habitude de lire ce type d'histoire, j'ai failli lâcher prise au début, mais je ne sais pas pourquoi, j'ai finalement résisté. D. m'avait dit que ça en valait la peine. Elle avait raison, cette histoire fut mon propre homard. Magnifique, vive l'auto-édition qui a chaque fois nous fait découvrir des auteurs fabuleux qui peut être n'auraient jamais été publié chez des éditeurs classiques.
Merci...

1 commentaire:

  1. Merci, "L" c'est l'impression que j'ai ressenti dans la façon de le lire, sans toutefois, avoir jamais eu envie de ne pas poursuivre, cette ascension. Certainement un de mes grand favoris.

    RépondreSupprimer